LA RESPIRATION PROFONDE FAIT-ELLE VRAIMENT QUELQUE CHOSE POUR VOTRE LE CERVEAU ?

LA RESPIRATION PROFONDE FAIT-ELLE VRAIMENT QUELQUE CHOSE POUR VOTRE LE CERVEAU ?

August 20, 2021 Off By BANJAMIN LEROI
Partagez ce site

LA RESPIRATION PROFONDE FAIT-ELLE VRAIMENT QUELQUE CHOSE POUR VOTRE LE CERVEAU ?

Combien de fois avez-vous été en colère, stressé ou anxieux et quelqu’un vous a dit de prendre une profonde respiration ?

Souvent, nous écrivons cette phrase comme étant simplement ce que vous êtes censé dire lorsque vous ne savez pas vraiment comment aider.

Mais la vérité est que prendre une grande respiration est probablement exactement ce que vous devriez faire lorsque vous êtes en colère, stressé ou anxieux.

Quelque part, entre l’enfance et l’âge adulte, la plupart d’entre nous ont inconsciemment modifié leur façon de respirer, et pas pour le mieux.

Les bébés et les enfants respirent naturellement plus profondément – avez-vous déjà remarqué comment le ventre d’un bébé se soulève et s’abaisse lorsqu’il inspire et expire ? Pourtant, à l’âge adulte, c’est notre poitrine qui se soulève et s’abaisse lorsque nous respirons.

En quoi cela est-il important ?

Si vous vous sentez stressé ou anxieux, une respiration thoracique superficielle ne vous aidera pas à vous sentir mieux. En revanche, une respiration profonde et ventrale le peut.

PRINCIPES DE BASE DE LA RESPIRATION PROFONDE

Lorsque vous inspirez profondément, votre rythme cardiaque s’accélère légèrement.

Lorsque vous expirez, votre rythme cardiaque ralentit.

Des respirations profondes répétées amènent naturellement votre rythme cardiaque à se synchroniser avec votre respiration. Cela amène votre cerveau à libérer des endorphines, qui sont des substances chimiques ayant un effet calmant naturel. Mais si vous respirez superficiellement, cette libération d’endorphines n’a pas lieu.

Ce n’est pas un hasard si la respiration profonde est à la base de nombreux types de méditation. Cet effet calmant peut être si important que des recherches ont établi un lien entre la méditation et la réduction des symptômes de stress, d’anxiété et de dépression, ainsi que l’amélioration du sommeil et de la concentration. Et tout revient à la respiration.

Mais ce n’est pas tout.

LA MÉDITATION ET LE CERVEAU

Certaines études montrent que la méditation peut modifier la structure de notre cerveau et améliorer la neuroplasticité.

Cela pourrait être dû au fait que le cerveau est très dépendant de l’oxygène, puisqu’il utilise 20 % de l’approvisionnement en oxygène du corps.

Et comme toute autre partie du corps, s’il ne reçoit pas ce dont il a besoin, des symptômes peuvent se manifester. Ainsi, un déficit d’oxygène peut entraîner une sensation de brouillard, de manque de concentration ou de nervosité.

Cela ne veut pas dire que le fait de prendre quelques respirations profondes de temps en temps va guérir votre dépression, mais plutôt que ce type de pratique respiratoire peut s’avérer être un outil d’adaptation utile pour atténuer les symptômes de toute une série de problèmes.

Si vous êtes prêt à essayer la respiration profonde mais que vous ne savez pas par où commencer, voici quelques options que vous pouvez essayer chez vous.

MÉDITATION

Commencez par vous asseoir sur une chaise confortable dans une pièce calme où les lumières sont tamisées. (Vous pouvez trouver agréable d’ajouter une musique douce et silencieuse, sans paroles).

Fermez les yeux. Essayez de faire le vide dans votre esprit et de repousser les pensées parasites. Si une pensée parasite vous vient à l’esprit au cours de votre méditation, repoussez-la doucement. N’oubliez pas de compter lentement à chaque étape.

Maintenant, essayez ceci…

  • Inspirez profondément, en comptant jusqu’à trois, et expirez en comptant jusqu’à trois.
  • Commencez par concentrer votre attention sur vos orteils. Imaginez que vous y ressentez des picotements. Puis relâchez vos orteils. Inspirez, expirez.
  • Déplacez votre attention vers le haut du corps, vers les mollets, les cuisses, l’abdomen, les épaules, le cou, le menton et les joues. Imaginez une sensation de picotement à chaque endroit avant de vous détendre et de passer à autre chose. Inspirez et expirez avec chaque groupe de muscles.
  • Après les joues, concentrez votre attention sur le point situé juste entre vos sourcils. Détendez vos sourcils. Inspirez et expirez.
  • Imaginez que vous êtes dans un champ avec de l’herbe verte à perte de vue. Au loin, il y a un grand et bel arbre. Imaginez que vous marchez vers cet arbre, que vous vous asseyez sous l’arbre et que vous vous détendez. Inspirez, expirez.
  • Permettez-vous de remarquer toute pensée, tout sentiment ou toute sensation qui vous vient à l’esprit. Ne les analysez pas, notez-les simplement. Vous y prêtez simplement attention, sans les considérer comme bonnes ou mauvaises ni essayer d’y réfléchir plus profondément. Faites cela pendant cinq minutes. Inspirez, expirez.
    Imaginez-vous en train de vous lever, de quitter l’arbre et de retourner à votre point de départ. Inspirez, expirez.
  • Concentrez votre attention sur vos orteils. Imaginez que vous y ressentez des picotements. Détendez vos orteils. Inspirez, expirez.
  • Continuez à vous concentrer sur les parties de votre corps jusqu’à ce que vous atteigniez l’endroit situé entre vos sourcils. Vous pouvez alors recommencer à partir de vos orteils ou ouvrir les yeux et terminer la séance.

RELAXATION MUSCULAIRE PROGRESSIVE

Asseyez-vous ou allongez-vous dans un endroit confortable. Fermez les yeux et détendez votre esprit. Passez en revue chaque groupe de muscles, en vous relaxant pendant 10 secondes après chaque groupe de muscles.

  • Fermez fortement les yeux pendant cinq secondes.
  • Serrez la mâchoire – pas au point de faire mal aux dents – pendant cinq secondes.
  • Tournez lentement votre tête en cercle vers la gauche pendant trois rotations. Faites trois rotations vers la droite.
  • Relevez vos épaules vers vos oreilles et maintenez cette position pendant cinq secondes.
  • Ramenez votre menton vers votre poitrine pendant cinq secondes.
  • Tendez les bras comme si vous poussiez contre un mur pendant cinq secondes. Puis, laissez tomber vos bras.
  • Serrez les poings pendant cinq secondes.
  • Contractez les muscles de votre estomac pendant cinq secondes.
  • Contractez vos cuisses pendant cinq secondes.
  • Fléchissez vos mollets pendant cinq secondes.
  • Courbez les orteils pour les resserrer pendant cinq secondes.
  • Terminez vos exercices de relaxation musculaire en vous concentrant pendant 60 secondes sur tous les groupes de muscles et en prenant conscience d’une sensation de calme et de détente à l’intérieur de ceux-ci.

Voir aussi

10 raisons pour lesquelles vous devriez méditer

45 conseils pour vivre une vie plus saine

Comment le stress peut vous faire prendre du poids (et ce qu;il faut faire)