La violence des adolescents à la maison

La violence des adolescents à la maison

September 11, 2021 Off By BANJAMIN LEROI
Partagez ce site

La violence des adolescents à la maison- Quand la colère des adolescents se transforme en violence

Les disputes font naturellement partie de la vie de famille, et elles peuvent certainement commencer à être plus fréquentes lorsque votre enfant entre dans l’adolescence. Parfois, les conflits se transforment en querelles enflammées, votre adolescent vous insultant ou jurant. Cela peut être blessant et frustrant pour tout parent. Bien qu’un certain niveau de colère et de frustration soit courant chez les adolescents, il n’est pas acceptable que votre adolescent utilise l’agression, les menaces ou devienne violent envers vous.

Il peut être difficile de savoir ce qui définit ce comportement. Le gouvernement le définit comme la violence et les abus entre adolescents et parents (APVA), c’est-à-dire toute forme de comportement d’un jeune visant à contrôler et à dominer ses parents. L’objectif est d’inspirer la peur, de menacer et d’intimider. La violence et les abus sexuels ont un impact sérieux sur les parents et la famille au sens large. Bien qu’il n’existe pas de définition légale de la violence et des abus entre adolescents et parents. Cependant, elle est de plus en plus reconnue comme une forme de violence et d’abus domestiques et, en fonction de l’âge de l’enfant, elle peut tomber sous la définition officielle du gouvernement en matière de violence et d’abus domestiques.

Les chiffres de la Met Police montrent que les signalements d’infractions violentes entre enfants et parents sont passés de 920 en 2012 à 1801 en 2016, soit une augmentation de 95 %. Trente-cinq forces de police d’Angleterre et du Pays de Galles montrent que les agents ont sondé 10 051 cas de violence domestique contre des adultes par des enfants au cours de l’année 2015/16. Parmi ces cas, 874 ont donné lieu à des avertissements émis et 1 459 à des jeunes inculpés. Ces chiffres ne sont que la partie émergée de l’iceberg.

Ce que ressentent les parents

“Mon fils a fait une crise de colère hier soir, parce qu’il n’avait pas fait ses devoirs. Je l’ai maîtrisé alors qu’il tentait de détruire sa chambre. Mes autres enfants étaient terrifiés ; mon mari ne sait pas quoi faire. Il a déchiré mon jean, j’ai un énorme bleu sur la jambe, il a fait un trou dans sa porte et a arraché son luminaire. Nous allons tous devoir souffrir cette semaine parce que nous devons payer pour réparer les dégâts. Il pense que c’est injuste pour lui ! Nous sommes dans un endroit sombre en ce moment, je sais que j’ai besoin d’aide, mais je suis terrifiée par les conséquences pour lui”. (Mère d’un fils de 13 ans)

Nous avons parlé à de nombreuses familles et elles prennent souvent contact avec nous lorsque la situation s’est aggravée. Elles décrivent leur réticence à demander de l’aide car elles ont honte ou se sentent comme de mauvais parents et ont peur d’être jugées. Lorsque les parents vivent cette situation horrible dans leur vie familiale, ils peuvent aussi se sentir isolés et avoir peur de parler et d’obtenir du soutien.

Aussi difficile que cela puisse être, un soutien est disponible et il est important d’obtenir de l’aide et des conseils pour faire face à cette situation. L’impact de cette violence et de cette agression affecte toute la famille, car tout le monde peut marcher sur des œufs et ressentir une peur constante.

Qu’est-ce qui peut être à l’origine de cette situation ?

Un jeune qui agit de manière agressive ou violente a de fortes chances de lutter contre ses sentiments ou de réagir à quelque chose qu’il vit et qu’il a peut-être gardé pour lui. Ce comportement est-il inattendu ? D’autre part, s’agit-il de quelque chose qui a peut-être augmenté au fur et à mesure de son développement ? Il est important d’essayer de situer dans le temps quand et comment cela a commencé et quels sont les éléments déclencheurs qui ont pu être le catalyseur.

Nous constatons souvent qu’il peut y avoir des problèmes émotionnels et de santé mentale sous-jacents chez les jeunes et qu’ils peuvent souffrir de dépression, d’anxiété ou même se faire du mal. D’autres éléments déclencheurs peuvent être des situations telles que l’éclatement de la famille, l’intimidation ou l’abus de substances. Il est important de garder à l’esprit qu’aucun enfant ne souhaite se comporter de la sorte, effrayer les personnes qu’il aime, mais la situation peut avoir échappé à tout contrôle et le jeune peut avoir du mal à gérer ses sentiments.

“Notre fille aînée a commencé à avoir des problèmes à l’école vers l’âge de 11 ans. Nous avons essayé d’être très disciplinaires, mais cela n’a fait qu’empirer les choses. Son comportement s’est détérioré jusqu’à devenir agressif, violent, grossier et autodestructeur. Nous avons fini par découvrir qu’elle était victime de graves brimades et qu’elle faisait l’école buissonnière pour rester dans leur collimateur. Comme nous n’arrivions à rien avec l’école, nous l’avons retirée et avons décidé de la scolariser à domicile. Nous avons appris à gérer ses accès de mauvaise conduite et continuons à l’écouter et à la soutenir. Elle est maintenant dans une nouvelle école où elle étudie pour le GCSE et s’amuse avec ses amis. C’était difficile, mais vous ne devez jamais abandonner votre enfant, même s’il dit qu’il vous déteste. Cela ne veut pas dire que vous devez vous laisser faire, restez ferme et cohérent dans vos règles et vos limites, mais tout aussi cohérent dans votre amour et votre soutien”. (Mère d’un enfant de 15 ans)

Que faire si vous êtes victime de violence de la part de votre adolescent ?

Si vous êtes victime de violence de la part de votre adolescent, il peut être difficile d’admettre qu’il y a un problème, mais si votre adolescent vous frappe, il s’agit de violence domestique. Vous méritez de vous sentir en sécurité dans votre propre maison et dans votre vie de famille.

Prenez soin de vous – C’est essentiel pour faire face à la colère et à l’agressivité de votre adolescent. Vous vous sentez probablement épuisé, démoralisé et vous faites sans doute de gros efforts pour maîtriser un tant soit peu la situation.

Ce n’est pas votre faute – Aucun parent ne peut éviter de faire des erreurs, la vie elle-même est un processus imparfait plein de déceptions et de difficultés, et les enfants doivent être capables d’y faire face.

Choisissez vos batailles – Vous ne pouvez pas tout affronter en même temps, mettez certains problèmes en veilleuse pour les régler plus tard.

Essayez de ne pas le prendre personnellement – Si votre enfant a des difficultés, c’est souvent à cause d’une série de problèmes qui peuvent être indépendants de votre volonté. Une fois que vous en êtes conscient, vous pouvez lui apporter votre soutien et l’aider à surmonter ses craintes et ses inquiétudes.

Séparez le comportement de votre adolescent – Vous pouvez continuer à aimer votre adolescent mais ne pas aimer son comportement. Ce n’est pas un tout et il est important d’essayer de considérer le comportement comme un problème indépendant.

Utilisez un langage qui dissocie le comportement de votre adolescent – Family Lives travaille avec les parents sur des “déclarations en trois parties” qui font vraiment la différence : “quand tu as fait… j’ai ressenti… ce que je veux c’est que…”. Répéter cette phrase et être cohérent dans son utilisation est efficace. Évitez d’utiliser un langage accusateur et négatif. Réfléchissez à ce que vous dites et à la manière dont vous le dites, comme le ton, etc.

Ignorer le comportement ne le fera pas disparaître – Il est très difficile de vivre cela, mais le minimiser ne l’aidera pas à disparaître. Si vous ne vous en occupez pas, la violence pourrait s’intensifier et devenir une habitude à vie ; aidez-le à briser cette habitude.

Assurez votre sécurité – C’est très important et assurez-vous que vous et les autres membres de la famille êtes en sécurité. Si vous pouvez repérer les signes de la transformation du conflit en violence, ayez un plan de sécurité pour ces moments-là. Essayez de vous mettre à l’abri pendant que vous décidez de la marche à suivre. Appelez la police si nécessaire.

Appeler la police – Vous pouvez hésiter à appeler la police car vous ne voulez pas que votre enfant ait de graves problèmes ou pour d’autres raisons. La police a travaillé avec de nombreuses familles sur la violence et les abus entre adolescents et parents et en comprend les conséquences. Si vous craignez pour votre sécurité ou si vous vous sentez menacé, vous pouvez appeler la police pour désamorcer la situation et vous sentir en sécurité.

Rééquilibrez la situation – Souvent, la seule attention que vous accorderez à votre adolescent sera en réponse à un comportement négatif. Si vous en êtes capable, trouvez des moments où vous pouvez montrer votre appréciation lorsqu’il se comporte bien.

Soyez conscient de vos propres réponses et réactions au conflit – Vous pouvez enflammer la situation sans le vouloir, par exemple en criant ou en répondant par l’agressivité. Gardez votre calme. Quittez la pièce pour un moment si nécessaire. Répondez plutôt que de réagir.

Reconnaissez ses sentiments – “Je sais que tu es vraiment en colère”, reconnaît le fait sans critiquer. “Qu’est-ce qui t’aiderait maintenant”, offre un soutien mais ne doit pas nécessairement être accepté, tout comme “Je vais voir ce que je peux faire et nous en reparlerons plus tard”. Un regard doux, un toucher aimable peuvent transmettre ce message sans hostilité et avant d’essayer de parler de ce qui ne va pas.

Essayez de trouver l’origine de la colère – Les pressions scolaires, les brimades, les amitiés, la santé mentale, l’éclatement de la famille, la maladie peuvent tous être des facteurs déclenchants qui augmentent le niveau de stress d’un enfant. Ces facteurs ne sont pas des excuses mais peuvent être des raisons. Parler des pressions, écouter attentivement votre enfant, sans le juger, l’interrompre ou le diriger, peut l’aider à se décharger de ses sentiments et à relâcher la pression de manière constructive.

Aidez-le à développer des stratégies personnelles – Il est essentiel d’aider votre adolescent à comprendre les éléments déclencheurs et ce qu’il doit faire lorsqu’il est en colère pour l’aider à surmonter cette situation. Lorsque les choses sont calmes, discutez avec lui et demandez-lui ce qui lui convient le mieux. Il peut s’agir d’essais et d’erreurs, mais il est bon de l’aider à gérer ses émotions et à trouver un exutoire différent pour ses sentiments de colère. Il se peut qu’il veuille utiliser des stratégies d’apaisement pour sa colère ou une autre option est la méditation pour l’aider à calmer son esprit. Faites-lui savoir que vous êtes là pour lui.

Donnez-lui de l’espace – Reconnaissez que votre adolescent se défoule sur vous et qu’il ne sait peut-être pas comment gérer autrement des sentiments difficiles. Une fois qu’il se sera calmé, vous pourrez peut-être lui parler de ce qui s’est passé et lui suggérer de vous laisser lui trouver de l’aide.

Ne combattez pas le feu par le feu – Évitez de recourir à la violence avec votre adolescent. Si vous le frappez en réponse, vous lui faites comprendre qu’il est acceptable d’utiliser la violence pour résoudre les désaccords. En évitant de recourir à la violence, vous donnez un exemple positif de ce que vous trouvez acceptable.

Obtenez du soutien pour vous-même – Sachez de quel soutien vous avez besoin et choisissez parmi vos amis et vos proches celui qui vous convient le mieux. Contactez des services de soutien pour obtenir un soutien et des conseils.

Choisir ses moments

Vous pouvez choisir un moment de calme, de préférence en tête-à-tête, pour découvrir la source de sa frustration et de son agressivité. Écoutez votre adolescent et essayez de voir son point de vue. Même si vous ne le voyez que légèrement, faites-le lui savoir, au lieu d’être en désaccord avec tout. Si votre adolescent est convaincu que vous pouvez entendre son point de vue, il sera plus enclin à parler calmement au lieu de crier.

Essayez de résoudre la dispute par un compromis, ou montrez au moins que vous avez compris d’où viennent ses émotions. Si la situation devient trop tendue et que vous avez du mal à rester calme, éloignez-vous. Évitez les reproches et faites savoir à votre adolescent que vous pourrez lui parler à nouveau lorsque vous vous serez calmé.

Soutien local

Il peut être difficile pour lui de réaliser qu’il a un problème et d’accepter de l’aide. Vous pouvez demander à son école ou à son collège de le soutenir. Il peut être intéressant d’impliquer le chef d’établissement ou le conseiller en bien-être du collège. Prenez rendez-vous avec votre médecin généraliste et essayez d’obtenir une orientation vers les services de santé mentale pour enfants et adolescents (CAMHS) de votre région, car ils seront en mesure d’offrir à votre enfant des conseils ou une thérapie pour l’aider à gérer ses sentiments. Les délais d’attente et les procédures d’orientation peuvent varier. Vous pouvez également demander à votre médecin généraliste de vous orienter vers une thérapie familiale afin que tout le monde puisse travailler ensemble sur cette question.

Il peut également s’avérer utile de contacter les services locaux de lutte contre la délinquance juvénile (YOS) pour obtenir un soutien. Ils peuvent avoir des programmes de soutien locaux pour les parents qui visent à empêcher l’escalade du comportement. Ils peuvent accepter les demandes spontanées et cela vaut la peine de se renseigner pour savoir s’ils ont un programme en cours dans votre région.

Voir aussi

Comment prendre l’avion en toute sécurité pendant une pandémie ?

Signes de dépression chez les adolescents