Le point sur les crédits accordés aux particuliers et aux professionnels

Nombreux sont les ménages et les entreprises qui recourent au crédit bancaire. La dernière étude publiée annonce que plus 50 % des foyers français auraient à ce jour contracté un prêt à rembourser : projet immobilier, acquisition d’un véhicule, financement d’un voyage, équipement, mobilier neuf, sont autant de raisons pour les particuliers d’emprunter auprès des établissements bancaires et financiers. Quant aux entreprises, le recours au financement bancaire ne cesse de progresser, comme le prouvent les chiffres communiqués en juin dernier par la Banque de France : 6 % de croissance constatée, un rythme jusque-là encore inégalé.

Comparer les solutions avant de s’engager

Toutefois, les solutions de financement, en raison de leur multiplicité, ne sont pas toujours simples à comprendre. Pourtant, avoir quelques notions en la matière est primordial pour faire le bon choix : ces derniers engagent l’emprunteur durant plusieurs années. Pour vous aider dans cette démarche, nous allons éclaircir quelques points sur les crédits les plus demandés par les particuliers et les professionnels.

De nos jours, il est impératif d’analyser les solutions avec un comparateur de crédits fiable tel que https://www.taux.com. Quelle que soit votre situation personnelle, particulier ou entreprise, les différences de coûts et notamment de frais bancaires peuvent varier du simple au double. Pour ce faire, il est utile d’évaluer le TAEG appelé également Taux Annuel Effectif Global (anciennement TEG : taux effectif global) qui intègre tous les frais liés à la souscription d’un prêt :

  • Frais de dossier ou frais administratifs
  • Frais d’assurance emprunteur obligatoire
  • Frais de garantie – hypothèque par exemple
  • Intérêts bancaires

Le TAEG est un indicateur obligatoire et devrait apparaître non seulement sur le contrat de prêt, mais aussi sur les publicités et toutes les offres commerciales et promotionnelles. Si tel n’est pas le cas, alors fuyez !

Actuellement, on trouve sur le marché du crédit bancaire des dizaines de prêts regroupés sous différentes appellations. Pour preuve, le crédit à la consommation, le crédit le plus demandé par les ménages français, rassemble à lui seul plus de 9 types de crédits différents.

À cela s’ajoutent les prêts immobiliers, eux-mêmes subdivisés en plusieurs termes, ainsi que les nombreuses solutions de financements accordées aux professionnels. Mais cela n’est rien lorsque l’on sait que plus de 700 établissements de crédit (organismes financiers et bancaires compris) sont répertoriés sur le territoire national avec pour chacune de ces structures des conditions de prêts différentes…

Financement des ménages : le crédit à la consommation en tête

Le crédit à la consommation concerne tout type de crédit qui permet à des particuliers de financer des biens de consommation (équipement, mobilier, voiture, etc.), des services, etc. Ils peuvent aussi servir à renflouer la trésorerie pour pallier les difficultés financières passagères. En somme, tout ce qui n’est pas un crédit immobilier ou un prêt professionnel est par définition un crédit à la consommation.

La somme empruntée, dans le cadre d’un crédit conso, doit être comprise entre 200 et 75 000 euros et la durée de remboursement est obligatoirement supérieure à 3 mois.

Plusieurs dénominations : comment s’y retrouver ?

Comme expliqué précédemment, le crédit à la consommation est actuellement le prêt le plus demandé des ménages et suscite de nombreuses interrogations du fait de ses diverses dénominations. Pour ce faire, nous allons simplifier la démarche et le diviser en deux catégories principales :

Le crédit affecté

Comme son nom l’indique, il concerne les crédits dont la somme servira au financement d’un bien ou d’un service spécifique. Dans la plupart des cas, ce financement fait l’objet d’un contrat. Par exemple, le crédit auto est un crédit affecté puisque la somme empruntée sert à financer l’acquisition d’un véhicule. Ces crédits ont l’avantage de conférer des garanties à l’emprunteur, comme de pouvoir annuler le crédit en cas de litige ou de produit défaillant. Précisons que les sommes débloquées par ce type de crédit ne peuvent pas servir pour autre chose que ce à quoi elles ont été allouées, d’où l’appellation “crédit affecté”.

Le crédit non affecté

Celui-ci permet à l’emprunteur de disposer d’une somme sans avoir à justifier les raisons de sa demande. À ce titre, le débiteur est libre de dépenser la somme comme il l’entend pourvu qu’il respecte ses échéances comme n’importe quel autre emprunteur le ferait.

Toutefois, cela ne le protège pas d’un service mal réalisé, ou d’un produit défectueux. Contrairement au crédit affecté, l’emprunteur ne pourra d’aucune manière annuler le crédit qu’il a contracté avec la banque.

Les solutions de financement professionnel

Le crédit professionnel est un prêt octroyé exclusivement aux entreprises et aux travailleurs indépendants : professions libérales (expert-comptable, avocat, etc.), TPE-PME et autres organisations plus conséquentes (grande entreprise GE, entreprise de taille intermédiaire ETI). Comme pour les particuliers, les prêts professionnels sont nombreux et interviennent à différents moments de l’activité de l’entreprise.

Voici les principaux crédits pro proposés sur le marché :

Le prêt amortissable

Ce sont des crédits qui durent, en moyenne, entre 2 à 5 ans. On les appelle plus communément des crédits à moyen terme. Mais ils peuvent également durer plus longtemps : jusqu’à 15 ans pour les investissements les plus importants. Ils servent principalement à financer des équipements (machines, fournitures, mobiliers, véhicules, etc.), mais aussi des brevets, des licences logiciel, etc.

Le prêt non amortissable

Celui-ci regroupe plusieurs types de crédits : le crédit de trésorerie ou d’exploitation, ainsi que les crédits de mobilisation de créances. Ce sont des prêts non amortissables, c’est à dire généralement des crédits à court terme qui permettent à l’entreprise de bénéficier de fonds pour couvrir tous les besoins d’exploitation. Mais ils peuvent servir aussi à anticiper le règlement des créances clients avec des solutions telles que l’affacturage ou factoring.

Le crédit-bail

Il revêt différentes formes : mobilier, immobilier ou auto. Il permet à des entreprises qui ne souhaitent pas se démunir d’une partie de leur trésorerie de faire acheter le bien convoité par un établissement bancaire. C’est d’ailleurs ce dernier qui se chargera d’établir un contrat de location entre les différentes parties. Au terme dudit contrat, l’entreprise pourra acheter le bien ou choisir de le laisser à la banque.

You may also like...

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *